Publié par FranceAuto-Actu / Mickaël Tribut

L'ex PDG de l'Alliance Renault Nissan, assigné à résidence au Japon depuis avril dernier pour dissimulation de revenus et abus de confiance, s'est enfui récemment du pays pour rejoindre le Liban et plus précisément Beyrouth. 

 

Même si cette assignation lui permettait de circuler au sein de pays de façon libre mais réglementée dans le temps, son avocat précise "abasourdi", qu'il détenait pour les passeports de l'ex-patron. 

 

Semaine dernière, Mr Ghosn a d'ailleurs communiqué en précisant qu'il est "désormais au Liban et plus otage d'un système judiciaire partial où prévaut la présomption de culpabilité".  Il pourra ainsi "communiquer librement avec les médias" comme prévu pour sa conférence de presse qui se "semaine prochaine", mercredi 8 janvier. 

 

En attendant, Interpol a émis et transmis ce jour un mandat d'arrêt international envers Carlos Ghosn. 

"Aucune poursuites judiciaires" ne seront en revanche retenues dans le pays selon les autorités libanaises. 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article